Le projet de revenu universel d’activité est-il conciliable avec une future politique du logement ?

Les aides à la personne constituent un pilier essentiel de l’actuelle politique du logement. Comment le projet de revenu universel d’activité (RUA) pourrait-il venir s’y greffer ? Serait-ce souhaitable ?

Motif coin large

François Ecalle

Président de l’association «finances publiques et économie» (FIPECO)

Le RUA doit être séparé du logement

Consulter

Dans le projet de RUA présenté l’automne dernier, l’intégration des aides personnelles au logement prend la forme d’un « supplément pour le logement » au revenu de base ayant des caractéristiques proches des aides actuelles : ressources inférieures à certains plafonds, prise en compte du loyer et de la taille de la famille, conditions de décence et de salubrité de l’habitation, logements conventionnés avec versement de l’allocation aux bailleurs, modulation selon la zone où se trouve l’habitation. Les changements seraient donc limités.

Il existe toutefois des projets d’intégration plus forte conduisant à une rupture du lien avec le logement, ce qui est pour moi plutôt souhaitable si cela s’accompagne, comme pour les aides à la pierre, d’un allègement des contraintes sur l’offre. Les ménages modestes auront ainsi le choix, par exemple, entre un logement plus grand et de meilleurs équipements. Cette dissociation entre le RUA et le logement réduirait les effets inflationnistes des aides personnelles sur les loyers.

Newsletter Débats

Motif large