Les nouveaux équilibres des relations de travail

Le travail mute ! Excitantes pour certains, inquiétantes pour d’autres, ces mutations du travail sont un sujet central de préoccupation, de stimulations, d’interrogations, de discussions et de tensions.

Ce constat est très abondamment commenté et documenté.

Tout à la fois causes, manifestations et conséquences du changement d’ère que nous vivons, elles ébranlent fortement le compromis social, économique et politique que nous connaissons, comme, a fortiori, les règles et institutions qui l’encadrent.

Motif coin large

Un équilibre à trouver entre émancipation et liberté, protection, ordre et autorité

Droit du travail et politiques de l’emploi sont ainsi constamment modifiées… mais davantage dans une dynamique de maintien des avantages acquis et des situations de rentes que d’accompagnement. Les adaptations restent calquées sur des modèles économiques et sociaux dépassés, reflets d’une forme de crispation et des craintes que suscitent ces transformations.

L’ambition de 2IES est de contribuer à imaginer des cadres, des institutions, des régulations pour accompagner ces transformations et faire que le travail soit facteur de croissance, de cohésion, de confiance et de développement des compétences.

La démarche appelle humilité, clairvoyance et créativité.

Humilité

Car qui peut dire ce que sera le travail dans 20, 10, voire même 5 ans ? Tout au plus pouvons-nous formuler des hypothèses à partir de l’analyse de signaux faibles et des dynamiques à l’œuvre. Une possible polarisation du marché du travail, des trajectoires professionnelles de plus en plus hachées, de profondes transformations, voire la disparition de métiers, une place croissante pour les machines… Mais d’autres ruptures pourraient survenir, déclenchées par des facteurs aujourd’hui inconcevables.

Clairvoyance

Car cet effort de réflexion et d’action s’inscrit dans un grand désordre d’initiatives enthousiasmantes ou inquiétantes, de phénomènes nouveaux que l’on peine à décrypter, de tensions paradoxales. Cette toile de fond est indissociable et précède les propositions. Elle exige, pour être dressée, d’observer ce qui se passe partout en France et à l’étranger, d’entendre ce qu’en disent les acteurs, les observateurs, les experts de la matière sociale et économique, mais également les historiens, les anthropologues, les sociologues…

Créativité

Ou nécessité de faire un pas de côté pour renouveler le débat et soumettre aux décideurs des idées et propositions vraiment nouvelles. Quelles réponses concrètes apporter aux problèmes très concrets que posent ces évolutions du travail ? Quelles solutions imaginer pour accompagner, faciliter, accélérer, réguler et faire advenir le monde auquel nous aspirons ?

Commentaires